Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 1ère Fête du Pays Réel - Revue de presse (3) | Page d'accueil | L'union de l'Eglise et de l'Etat - Discours de l'abbé Beauvais à la Fête du Pays Réel »

13 mars 2017

1ère Fête du Pays Réel - Revue de presse (Le Figaro)

Revue de presse :

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/03/13/25001...

 

fpr-lepen-lang-escada.JPG

LE SCAN POLITIQUE - Samedi, le mouvement catholique traditionaliste, qui souhaite présenter des candidats aux législatives, organisait son premier meeting.

Vers 15h, les premiers murmures fusent: «Jean-Marie Le Pen est arrivé!» Samedi, l'ancien président du Front national et actuel président des Comités Jeanne est venu animer une conférence à la «Fête du pays réel», organisée par le mouvement catholique traditionnaliste Civitas. Il est 16h lorsque Carl Lang (président du Parti de la France), Jean-Marie Le Pen et Alain Escada (président de Civitas) prennent la parole. Ces trois branches de l'extrême droite étaient réunies pour défendre le «pays réel» contre «le pays médiatique, le pays d'en haut». Toutes trois comptent présenter leurs propres candidats aux législatives. Jean-Marie Le Pen, encore président d'honneur du Front national, parle sans note de la «religion catholique qui s'affaisse» et du «phénomène démographique de submersion». Avant d'annoncer que «chaque pays a le devoir d'assumer sa propre survie». À ses côtés, le président de Civitas, Alain Escada, jubile. La présence du «Menhir» à ses côtés a valeur d'adoubement.

Interdiction de l'avortement, abrogation de la loi Taubira, préférence nationale

Lorsqu'Alain Escada entame sa partition derrière le pupitre, le ton se durcit encore davantage. Civitas est devenu un parti politique le 23 juin 2016. (...) Leur programme politique contient une vingtaine de points, dont l'interdiction de l'avortement, l'abolition de la loi Gayssot (visant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe), de la loi Taubira avec annulation des mariages déjà contractés ou encore la préférence nationale «pour tout ce qui concerne la vie quotidienne des Français».

(...) Alain Escada affirme la nécessité d'une entrée de Civitas en politique, et ce, pour se dresser face à la «république maçonnique». Alain Escada dit vouloir lui opposer «la France des terroirs et des clochers, de la famille, de la natalité, de la ruralité. La France réelle.» Le président de Civitas récuse l'idée de pratiquer «la danse du ventre de la prostitution électoraliste». Il lance enfin un appel aux électeurs catholiques en des termes martiaux: «Refuser de soutenir des candidats authentiquement catholiques, c'est laisser faire cette invasion migratoire (…) Vous n'en avez pas le droit ou vous n'êtes plus catholiques!»

Dans la salle, les réactions sont euphoriques. (...)

Les commentaires sont fermés.