Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Civitas en politique : la conférence de presse du 15 septembre 2016 | Page d'accueil | 7 octobre 2016 : présentation et recrutement à Paris »

26 septembre 2016

A Allex, CIVITAS dit NON aux immigrés illégaux

allex-1
 
Ce dimanche 25 septembre, un groupe militant de Civitas, emmené par Alexandre Gabriac s'est rendu dans la commune d'Allex, dans la Drôme (26).
 
Ce village de 2500 habitants a eu récemment le triste privilège d'être désigné par leur république pour accueillir une cinquantaine de "migrants", suite au démantèlement de la jungle de Calais. La population du village, y compris le maire, est fermement opposée à l'arrivée de cette vague d'envahisseurs décidée sans concertation par la préfecture, qui a averti par avance qu'elle ne tiendrait pas compte du résultat du référendum organisé par la mairie le 2 octobre. Le coût annuel exorbitant annoncé par l’état est de 470 000 euros. La commune à récemment dû renoncer à des travaux dans l'école du village, faute de budget... 
 
Nos militants avaient donc à cœur de soutenir le pays réel dans son combat pour la sauvegarde de l'identité et de la sérénité de sa commune. Ils ont pu rencontrer différents Allexois lors d'une distribution de tracts, et comprendre que la présence imposée par le système se faisait déjà sentir : un couple souhaitant vendre sa maison de campagne a vu les acheteurs se rétracter immédiatement, dès connaissance du projet de mini-Calais local.
 
La discussion s'est poursuivie à la sortie de la messe avec les paroissiens, contrant de ce fait l'impensable lettre de l'évêque distribuée sur le parvis, qui appelait la population à se réjouir de l'arrivée forcée des clandestins. Direction ensuite le « château de Pergaud », où avaient été installés ce jeudi quelques-uns d'entre eux dans le plus grand secret, pour éviter toute opposition des habitants.
 
Lors du passage devant le château qui se fait par un chemin communal - donc ouvert au public - des dizaines de gendarmes montaient la garde devant le magnifique bâtiment. Ils nous interdiront de filmer et effectueront un contrôle d'identité en nous demandant de ne pas rester à proximité...
 
allex4
 
Lors de notre départ en voiture, nous avons été arrêtés par plusieurs voitures banalisées de la gendarmerie au milieu de la route afin de nous contrôler une seconde fois...
Le « château des migrants » avait visiblement plus des allures de forteresse... Les Français qui vivent l'insécurité quotidiennement apprécieront le déploiement de forces - à leurs frais - pour des personnes présentes illégalement sur le territoire national.
 
Hormis les gendarmes, l'accueil reçu fut très chaleureux, nos positions rejoignant celles exprimées spontanément par la population face à la volonté perfide du système mondialiste de remplacer la population "de souche" du pays.
Civitas réitérera ce type d'action partout où, au mépris de la volonté de la population et avec l'argent de ses impôts, l'État tentera de dénationaliser un village français en imposant la présence de clandestins et de ce fait, favoriser les autres, avant les nôtres.
 
tractallex

Commentaires

Que ceux qui en veulent les logent en premier !

Mais portes ouvertes pour nos frères d'Orient , victimes de tous ces "si tolérants" musulmans

Écrit par : F. Goffin | 03 octobre 2016

Les commentaires sont fermés.