Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« A peine 150 visiteurs au Salon du mariage gay : le fiasco total pour le lobby lgbt | Page d'accueil | Déception : un "mariage" homosexuel à Orange... »

25 juin 2013

Affaire Clément Méric : Le montage et la manipulation à grande échelle éclatent au grand jour!

manipulation.jpeg

Comme le dénonçait Alain Escada, président de Civitas, dès le 11 juin (Cf.ICI), l'affaire Méric s'est révélée n'être ni plus ni moins qu'un montage et une gigantesque tentative de manipulation.

"Clément Méric voulait vraiment en découdre" titrait Le Point ce matin, alors que les preuves de ce montage commencent à transpirer.

Lu sur Le Point:

" Le Point.fr révèle des extraits de P-V d'audition qui contredisent la thèse du lynchage du militant d'extrême gauche.

Toutes les vérités ne sont pas forcément bonnes à dire. Et celle-ci déplaira sans doute à quelques bonnes consciences politiques qui ont parlé trop vite... Les vraies raisons de la bagarre qui a abouti jeudi 6 juin au soir à la mort de Clément Méric sont en train de s'éclaircir. Et elles sont fort différentes de la version complaisamment servie les jours suivant le drame. Dans ce dossier, les témoignages concordent. D'après le vigile qui a assisté à la montée en puissance de l'altercation, "Clément Méric voulait vraiment en découdre". "Il semblait vraiment haïr ces gens", affirme-t-il sur le procès-verbal de son audition.

clément méric,manuel valls,pierre bergé,loi taubira,manipulation,printemps français,alain escada,civitas

Ce témoin-clé raconte qu'avant que les choses ne dégénèrent il est allé voir le groupe des "antifas", alors clairement identifiés comme étant les auteurs des troubles, afin de leur demander de quitter les lieux. Les militants de Ras ont fait semblant d'obtempérer, mais se sont repliés au rez-de-chaussée à droite du magasin Fred Perry, dans lequel Alexandre, Samuel et Katia faisaient leurs courses. Se sentant menacés, ceux-ci ont téléphoné à Esteban, qui les a rejoints, suivi d'une cinquième personne arrivée au moment où débutait la bagarre.

Toujours selon des témoignages concordants, les skins quittent le magasin en sortant à gauche afin de ne pas croiser les militants d'extrême gauche. Malheureusement, la bouche de métro est située sur la droite. Et c'est près d'elle que les jeunes gens se croisent et que tout dégénère. Selon nos informations, un certain Samuel (un des skins mis en examen) reçoit le premier coup. Les mêmes témoignages affirment : "Les mecs d'extrême droite ont cherché à échapper à l'affrontement, n'ont fait que se défendre, puis ont répliqué."

Ce matin, RTL révèle que la police judiciaire parisienne a mis la main sur les premières images de la rixe. La vidéo, tournée par une caméra de surveillance de la RATP dans une rue située au niveau de la station Havre-Caumartin, serait accablante pour le militant d'extrême gauche. D'après la radio, on y verrait notamment Clément Méric se précipiter vers son meurtrier présumé, le skinhead Esteban Morillo, alors de dos, pour lui porter un coup. Ce dernier se serait alors retourné avant de frapper son agresseur en plein visage. Un coup donné qui a laissé au sol Clément Méric, inconscient. Avec un poing américain ? L'enquête ne l'a pas encore démontré.

Un mystérieux site avait publié leurs photos

Le Point.fr est en mesure de révéler que les enquêteurs disposent de captures d'écran de sites internet "anti-fachos", notamment Vigilance Végane Antifasciste, très proche de la mouvance de Clément Méric, sur lesquels apparaissent dès le 2 décembre 2012 les photos d'Esteban et sa compagne Katia, au-dessus desquels figure la mention "Besoin d'identification please". Méric et ses amis les avaient-ils reconnus ? Ce qui changerait considérablement la donne... À noter que ces photos étaient encore accessibles sur le site mardi 25 juin à 11 heures ! L'affaire est actuellement instruite par le juge Carole Vujasinovic. Et selon une source proche d el'enquête, Estaban n'a jamais eu à faire à la justice et est vierge de tout passé pénal."

Click here to find out more!Retrouvez l'article complet ici

ou http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-clement-meric-voulait-vraiment-en-decoudre-25-06-2013-1685655_23.php

Les commentaires sont fermés.