Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mariage gay, PMA : interview de Civitas sur RTS FM | Page d'accueil | Revue CIVITAS n°46 (Décembre 2012): la dignité de l'Homme à l'aune de Saint Thomas d'Aquin »

15 décembre 2012

QUATRE QUESTIONS A PHILIPPE ISNARD

En ces temps troublés où la culture de mort progresse dans tous les domaines de la société, il est bon de se souvenir des durs combats menés en France par les catholiques, et d'en connaître les développements. France Jeunesse Civitas propose dans cette perspective un entretien avec Philippe ISNARD, professeur persécuté pour son combat en faveur de la vie.

Civitas : Monsieur Isnard, pouvez-vous nous rappeler "l'affaire Isnard", qui a eu un grand retentissement médiatique en 2010 ?

philippe isnard,éducation nationale,iufm,cour administrative d'appel,persécutions,catholique engagé,avortuerie,avortement,lobby pro-mortPhilippe ISNARD : J'étais, en 2010, professeur d'Histoire depuis 17 ans en lycée, et donc chargé de l'organisation de débats d'instruction civique prévus au programme des classes de seconde et première. Je précise que j'ai obtenu, en début de carrière, la condamnation de l'IUFM et de l’Éducation Nationale pour discrimination en raison de mes opinions religieuses, par le Tribunal Administratif de Marseille, puis par la Cour Administrative d'Appel.

Le programme des débats portant sur le droit de la famille, j'ai organisé, comme les huit années précédentes, un débat sur l'avortement. Celui-ci était contradictoire, car nous avons essayé, avec les élèves, d'aborder les différents arguments pour et contre la loi Veil. L’Éducation Nationale m'a alors illégalement révoqué, après avoir été l'objet d'un lynchage médiatique que l'on m'a d'ailleurs reproché ! Aucun droit de réponse ne m'a été accordé, et la procédure menée était complètement illégale, comme je le montre dans mon livre.

Nous ne sommes plus dans un régime démocratique puisque les personnes suspectées d'être chrétiennes sont désormais traquées ouvertement par l’Éducation Nationale.


Civitas : Quelle est votre situation actuelle ?

Philippe ISNARD : Je suis actuellement interdit d'enseignement, avec pour l'instant la complicité de l'enseignement catholique, qui vient d'ailleurs de refuser mon recrutement sur Nice. Je passe cependant en appel sur Toulon, ou j'espère que la direction de l'enseignement catholique sera plus courageuse !


Civitas : Quels sont selon vous les principales difficultés actuelles de ceux qui combattent pour la vie ?

Philippe ISNARD : L’État veut nous empêcher de nous adresser à la jeunesse. Pourtant, celle ci peut être sensible au respect de la vie, comme l'a montré la pétition unanime de soutien des élèves d'une de mes classes. Il restera difficile de nous adresser à la Jeunesse. J'ai d'ailleurs été l'objet d'une garde à vue très violente, pour une prétendue « intrusion dans une enceinte scolaire », alors que j'avais organisé un affichage hors de l'enceinte. La seule « preuve » contre moi  était la photographie que le procureur a osée produire d'un véhicule de police présenté comme le mien !

En garde à vue, on m'a refusé, comme la loi le prévoit, l'accès à un avocat et à un médecin. Je crains donc, dans l'avenir, des persécutions de plus en plus nombreuses contre les chrétiens, notamment ceux engagés pour le respect de la vie. Il est donc grand temps pour les chrétiens de se montrer solidaires, si nous voulons éviter ces dérives terroristes de l’État. Philippe ISNARD,éducation nationale,IUFM,Cour Administrative d'Appel,persécutions,catholique engagé,avortuerie,avortement,lobby pro-mort                                                              (cliquez sur l'image pour agrandir)

Civitas : Vous avez parlé tout à l'heure de votre livre où vous relatez les circonstances dans lesquelles s'est déroulée votre révocation. Comment s'appelle-t-il ?Où peut-on commander cet ouvrage ?

Philippe ISNARD : Le livre s'appelle Le tabou du mammouth et peut être commandé à l'adresse suivante :

Éditions Résistances,
23 rue Agassons
La Pinède
04100 Manosque.

Son prix est de 10 euros l'exemplaire, port compris. Le règlement peut être fait par chèque à l'ordre d’Éditions Résistances – Ph. Isnard.


Merci, M. Isnard.

Commentaires

Bonjour,
Merci, Monsieur Philippe ISNARD, vous faîtes honneur à tous les catholiques.
Malgré qu'ils soient, dans leur ensemble, plus timorés que vous, dans leur lutte pour soutenir la vie de la conception à la mort naturelle, il en reste de beaux spécimens dont vous êtes le digne représentant...
Si vous voulez me contacter, en passant par Civitas, j'aurais une proposition à vous faire.
Que DIEU continue de vous bénir et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie!
Maranatha!
Merci!
JFL

Écrit par : Jacques-François dit Locard | 16 décembre 2012

Pour le travail, il faudrait que monsieur Philippe Isnard voit avec la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X qui recherche des professeurs de qualité pour l'enseignement dans les écoles véritablement libres. Il en existe partout et il peut prétendre à occuper un poste qui sera bien rémunéré.

Qu'il écrit à Suresnes à la FSSPX pour demander les démarches à suivre et il obtiendra ce qu'il veut.

Bon courage à lui.

Écrit par : Sylvie | 20 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.