Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« novlangue – "L'Etat n'a pas à juger de la manière de faire famille." | Page d'accueil | Un franc-maçon et un pornocrate au secours du "mariage" homosexuel »

31 août 2012

A gauche aussi, l'opposition au "mariage" homosexuel commence à se faire entendre

 affichecivitasnonaumariagehomo1.jpgAlors qu'Ayrault exige de la coalition de gauche et de ses parlementaires la discipline de vote, sur la question du "mariage" homosexuel, au PS comme chez ses alliés, les récalcitrants, les réfractaires sont de plus en plus nombreux.

Lors de la campagne législative, il y avait déjà eu la profession de foi de Ramlati Ali, candidate du PS à Mayotte, suscitant la controverse. C'est que la candidate mahoraise se déclarait contre le "mariage" homosexuel et promettait, si la loi devait prochainement modifier la définition du mariage, de revendiquer la non-application de cette nouvelle loi à Mayotte, au motif que le mode de vie de la population mahoraise est à l'opposé des valeurs défendues par un tel changement de la loi.

Ensuite, ce fut au tour de Patrice Carvalho, député communiste de Picardie tout juste élu, de créer l'émoi à gauche en déclarant au «Monde» : «Un mariage, c'est entre un homme et une femmeDéjà entré en 1997 à l'Assemblée nationale, Patrice Carvalho y fait son grand retour. Un député communiste très critique envers le Front de gauche et Jean-Luc Mélenchon. A 59 ans, il revendique sa liberté de parole et son opposition à des mesures pourtant soutenues par son groupe parlementaire. Notamment, le droit de vote des immigrés… et le mariage et l'adoption pour les duos homosexuels. L'article cite ses propos, sans ambiguïtés: «Avec le pacs, ces gens sont protégés. Un mariage, c'est entre un homme et une femme

Un article publié par Famille Chrétienne délivre quelques éléments plus intéressants encore. Extraits :

"C’est un proche de François Hollande, Bernard Poignant, qui se confie : « Sur mon blog, j’ai fait part de mes réserves à propos de l’homoparentalité », explique le maire PS de Quimper, qui poursuit : « Je crois que l’enfant a besoin de l’altérité. Comme orphelin, je me suis construit dans l’altérité du père absent… Tout enfant doit savoir qu’il a un père et une mère ». Voix dissonante ou voix de la prudence au sein de la majorité ? Depuis juin, Bernard Poignant fait partie des conseillers qui disposent d’un bureau à ­l’Élysée. Sa prise de position dérange certains, à en croire le principal intéressé : « Après lecture de mon blog, la revue Têtu m’a sommé de lui répondre. Et moi, j’ai refusé ! Je suis libre de ma pensée. Je n’ai tué personne, je ne passe pas devant un tribunal. Au nom de quoi, d’ailleurs ? » Au nom d’une pensée à sens unique qui voudrait que le débat sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux homosexuels passe à la trappe avant même d’arriver devant les parlementaires.

Le débat est-il vraiment interdit ? Dans l’arène médiatique, ceux qui ne respirent pas l’air du temps manquent parfois d’oxygène. Patrick Kéchichian, ancien journaliste au Monde, auteur dans le même quotidien d’une tribune intitulée « Mariage gay : le mauvais procès fait à l’Église », explique à FC : « Les journalistes sont souvent – pas toujours, soyons justes – des représentants de la norme sociologique. Ils répètent une opinion majoritaire, une sorte de vulgate qui les fait paraître informés ». Sur le plan politique, la liberté d’expression en prend un coup.

L’auteur de Petit Éloge du catholicisme (Gallimard) poursuit : « Ainsi, être de gauche, c’est forcément être pour le mariage et l’adoption homosexuels. Affirmer le contraire, ou ne serait-ce qu’émettre un doute, vous range immédiatement dans l’autre camp. Et si vous êtes de gauche ou écologiste, dans le camp des traîtres à votre parti». (...)

« Tout le monde doit s’aligner comme des boutons de guêtre ! »

À gauche de la gauche, André Gérin a, lui, décidé d’écouter sa conscience : « Pour moi, ce sujet relève de l’éthique personnelle  ». Ce n’est pas la première fois que cet ancien député-maire PCF bouscule la doxa du parti. Aujourd’hui conseiller municipal à Vaulx-en-Velin, près de Lyon, il cultive sa liberté de parole : « Franchement, ce n’est pas grave d’être mal vu par son parti. Ce qui compte, après tout, ce sont les citoyens ! Au PC, j’ai été mis au piquet sur le voile intégral… Il faut de la couenne pour résister, car il y a des blessures  ». Pourquoi prendre ce risque de mettre en doute l’opportunité du « mariage » homosexuel ? À cause d’une certaine idée de la politique : « Le système est aujourd’hui en fracture avec le peuple de France. On a tendance à plus s’occu­per du sociétal que du social. Il ne faudrait pas que le mariage homosexuel soit l’arbre qui cache la forêt… » André Gérin brocarde les députés du PS : « Le fait d’être au pouvoir n’aide pas : tout le monde doit s’aligner comme des boutons de guêtre ! J’espère quand même qu’il y aura des députés PS qui exprimeront un point de vue plus nuancé ».

La nuance est-elle possible quand le débat devient combat ? Christophe Barbier, directeur de la rédaction à L’Express, en doute. Il confie à FC : «  Il y a le souvenir cuisant du pacs en 1998. Jospin voulait faire la loi et ça n’a pas marché à cause de l’absentéisme des parlementaires de gauche. Il a fallu reprendre les choses à zéro! François Hollande ne veut pas se faire piéger à nouveau ». Conséquence logique, pas de débat en interne et surtout pas de défections. « Le jour J, il ne faudra pas que les ­députés PS des campagnes – ils ne sont pas toujours fans du mariage gay – se fassent porter pâles. Bertinotti [la ministre déléguée à la Famille, Ndlr] en a parlé dès la Gay Pride, histoire de donner un tour de verrou supplémentaire. Celui qui décidera d’être en rupture, il faudra qu’il assume… »

«Un sujet sur lequel il faudrait lever les disciplines de groupe»

En attendant, certains se préparent dans l’ombre. « Je ne répondrai pas aux oukases de mon parti sur une question qui touche la conscience », explique sous couvert d’anonymat un parlementaire PS. « C’est comme la question de la peine de mort en 1981, cela dépasse les groupes politiques. Je ne serai pas de ceux qui votent en fonction d’une majorité chiffrée ! » (...) Aujourd’hui, le moindre doute semble impossible. Le parlementaire avoue ses craintes : « Le premier débat sera celui au sein du PS. En faisant preuve de nuances, je ne me ferai pas que des amis politiques. J’espère avoir la force de le faire… » Cette force, Bernard Poignant la recommande à tous les élus. De gauche ou de droite. « Sur toutes les questions de société, j’ai suggéré depuis longtemps à François ­Hollande de lever les disciplines de groupe. Je crois qu’il faut laisser chaque parlementaire se déterminer en conscience et ne pas les montrer du doigt.» (...)"

Commentaires

Vous savez que les deux députés se sont exprimé il y a déjà quelques mois, n'est ce pas?

Écrit par : Lolilonche | 31 août 2012

Bonjour,
Je ne suis ni de gauche, ni de droite d'ailleurs, car je suis chrétien. Et Notre Seigneur JÉSUS-CHRIST n'a accepté aucun parti, sinon celui de la Vérité.
Tout cela pour dire qu'il y a encore des gens biens ou de bien, même à gauche.
Maranatha!
Merci!
JFL

Écrit par : Jacques-François dit Locard | 31 août 2012

Vous êtes vraiment timbré...

Écrit par : Lolilonche | 31 août 2012

@ Lolilonche et ses autres nombreux pseudos:

Nous paraissons timbrés a vos yeux de vouloir qu'un couple qui élève des enfants soit constitué d'un homme et d'une femme ?

Dites vous bien qu'aux miens c'est plutôt le contraire.

Etes vous issus d'un père et d'une mère ou pas ?

Une fois que vous aurez répondu à cette question vous découvrirez, je vous le souhaite, quel est l'ordre naturel des choses.

Mais il est dans l'air du temps que de vouloir inverser les valeurs et l'ordre des choses aujourd'hui; comme également de vouloir faire oublier les racines Chrétienne de La France en modifiant le programme d'histoire et de vouloir par là même de tenter de reformater les jeunes esprits en les endoctrinant et en les détournant de leurs racines.

Remplacer un cours d'histoire par un cours sur l'homosexualité telle que vous avez voulu le faire par ce cours métrage "le baiser de la lune" si je me souviens bien, pour faire la promotion de l'homosexualité auprès des enfants dans les écoles, n'est-ce pas là la démonstration de votre nature: S'attaquer dès l'enfance à ce qui est naturel pour tenter par tous les moyens de les en détourner et inverser la nature des choses telle que cela a été défini de toute éternité par Dieu.

J'ai d'ailleurs quelques idées là dessus pour vous contrer et remettre à disposition de tous les vrais cours d'histoire enseignés il y a encore quelques années.

Écrit par : Cyrille | 31 août 2012

Dieu, n'as pas interdit d'être homosexuel, il a même dit, je cite : « Aime ton prochain. » Et si nous existons aujourd'hui, c'est qu'il nous a créé. Alors, remettez-vous en cause l'invention de Dieu ? Ensuite, en ce qui concerne l'homoparentalité, je ne vois pas en quoi c'est mal. Savez-vous combien d'enfants sont mal traitées dans certains couples hétéro ? Combien de pères et mères tuent leurs enfants ?! Je ne crois pas. Alors que contrairement à eux, des milliers de couples homosexuels rêveraient de pouvoir chérir et aimer un enfant ! Donc avant de juger des gens bien, regardez-vous !

Écrit par : M. | 31 août 2012

A mademoiselle Cyrile qui croit avoir réponse à tout:


"@ Lolilonche et ses autres nombreux pseudos:"

Désolé, moi c'est Lolilonche et anciennement "quand même" c'est tout.


"Nous paraissons timbrés a vos yeux de vouloir qu'un couple qui élève des enfants soit constitué d'un homme et d'une femme ?"

A ce moment, non. Mais leJacques, oui



"Dites vous bien qu'aux miens c'est plutôt le contraire."
Tel est votre choix

"Etes vous issus d'un père et d'une mère ou pas ?"

En effet oui.


"Une fois que vous aurez répondu à cette question vous découvrirez, je vous le souhaite, quel est l'ordre naturel des choses."

C'est là où vous méprenez. Votre religion, a elle même détourné l'ordre naturel des choses. C'est votre religion qui a voulu l'abstinence alors que cela n'a rien de naturel. Idem pour le mariage.
De plus je ne crois pas que les homosexuels voudraient dire que c'est eux et eux seuls qui ont créé leurs enfants, mais ils sont tout à fait aptes à les élever.


"Mais il est dans l'air du temps que de vouloir inverser les valeurs et l'ordre des choses aujourd'hui; comme également de vouloir faire oublier les racines Chrétienne de La France en modifiant le programme d'histoire et de vouloir par là même de tenter de reformater les jeunes esprits en les endoctrinant et en les détournant de leurs racines."

Vous savez avant vos "racines" il y a la nature, l'être humain.


"Remplacer un cours d'histoire par un cours sur l'homosexualité telle que vous avez voulu le faire par ce cours métrage "le baiser de la lune" si je me souviens bien, pour faire la promotion de l'homosexualité auprès des enfants dans les écoles, n'est-ce pas là la démonstration de votre nature: S'attaquer dès l'enfance à ce qui est naturel pour tenter par tous les moyens de les en détourner et inverser la nature des choses telle que cela a été défini de toute éternité par Dieu."

Désolé je ne vois pas ce que j'ai pu vouloir faire avec ce court métrage mais je le regarderai, merci. Vous savez, Dieu prône l'amour, le christianisme prône la haine. Qui devons nous choisir?


"J'ai d'ailleurs quelques idées là dessus pour vous contrer et remettre à disposition de tous les vrais cours d'histoire enseignés il y a encore quelques années."
J'ai hâte de les entendre :)

Écrit par : Lolilonche | 31 août 2012

@ M.

Il est toujours réjouissant de débattre avec des ennemis de la doctrine et de la morale catholiques qui utilisent, pour justifier leurs positions, certains principes mêmes du catholicisme...
En l'occurrence, si Dieu a bien commander la charité envers le prochain, il a aussi condamné en termes nets l'homosexualité par la bouche de saint Paul (1ère aux Corinthiens, si ma mémoire est bonne). Le Christ, envisageant le mariage, parle toujours d'un homme et d'une femme (ne pas séparer ce que Dieu a uni). Et bien entendu, dés la Genèse, c'est une femme que Dieu donne à Adam pour compagne.
Par conséquent, nous ne remettons en aucun cas en cause l'existence de Dieu. Bien au contraire.

En ce qui concerne l' "homoparentalité", quelques éléments de réflexions. Notons d'abord que dans l'ordre naturel des choses, la parentalité est d'abord un fait physique, pour ne pas dire physiologique. C'est le fait d'engendrer via l'union des sexes différents. L'adoption est, pour les couples (donc un homme et une femme), quelque chose d'anormal. C'est en soi un mal. L'idéal étant que tout enfant soit élevé par ses parents dits biologiques.
Ce qui signifie qu'aucun duo homo n'élèvera jamais un enfant né de lui, engendré par lui. C'est une anormalité. Il peut arriver en effet qu'un couple n'ait pas d'enfant, mais il est normal qu'un duo ne puisse en avoir un par des moyens biologiques normaux.

En d'autres termes, un enfant adopté par un duo, non seulement sera coupé de ses parents biologiques (ou de son père, ou de sa mère biologique), mais en plus il sera élevé par un duo qui ne peut en aucun cas se substituer au couple parental qui lui a donné naissance, ce qui n'est pas le cas s'il est adopté par un couple. Il est clair en effet qu'un deuxième papa, même déguisé en femme, ne peut remplacer une mère, tandis qu'une deuxième maman, même déguisée en homme, ne peut remplacer un père. Ce qui signifie qu'un duo n'est en aucun cas un "couple" comme les autres : il ne peut engendrer par des moyens naturels ; il ne peut non plus élever un enfant ni l'éduquer de façon naturelle. Le duo sera constamment dans l'artificiel.

Il peut hélas arriver que des couples maltraitent leur enfant. C'est un accident, et ce n'est pas dans l'ordre des choses. Mais on ne réglera cet important problème en créant un nouveau problème plus dramatique encore : en refusant à un enfant le droit de connaître un vrai père ou une vraie mère. C'est pourquoi lutter contre l'adoption par les duos homo est un combat de nécessité publique, inspiré par la pitié pour des enfants qui, après peut-être avoir échappé de justesse à l'avortement, subiront le triste sort de ne jamais connaître un père ou une mère.

Des milliers d'homos rêveraient de chérir un enfant ? Eh bien qu'ils se marient, qu'ils engendrent, qu'ils élèvent et éduquent. Par des moyens naturels, en prenant les bons moyens. Tout le reste est déviance, inversion, subversion dangereuse pour la société.

Enfin, nous ne jugeons pas des personnes, car Dieu seul connaît le fond des coeurs, mais nous jugeons des actes. C'est notre droit le plus strict.
Civitas ne censure personne, puisque vous pouvez laisser vos commentaires ici.

Écrit par : Hervé | 31 août 2012

"il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère; il y en a qui le sont devenus par les hommes; et il y en a qui se sont rendus eux-mêmes eunuques, à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne" paroles de Jésus, selon Matthieu, 19, 12. Tout le monde ne comprend apparemment pas...

Quant à l'homoparentalité, on voit que vous ne savez pas ce que c'est que d'être un gosse qui croupit dans des institutions et des foyers successifs, ce sont eux que vous devriez interroger sur la question de l'homoparentalité (et croyez-moi, ils en ont de la répartie !)

Écrit par : Stevy | 02 septembre 2012

... et aux chrétiens qui citent l'Ancien Testament, sur lequel "il faut se conformer" : êtes-vous circoncis ? Faites-vous le Sabbat ? J'espère que vous ne mangez ni porc ni fruits de mer ou crustacés...
Quand vous en serez là, revenez citer l'Ancien Testament, histoire de ne pas s'en servir que lorsque cela vous arrange !

Écrit par : Stevy | 02 septembre 2012

A Stevy,
Bonjour,
L'Ancien et le Nouveau Testament font partie d'un même livre qui s'appelle la BIBLE. La Parole de DIEU n'est pas dissécable. Si vous transgressez un seul Commandement du CRÉATEUR vous transgressez TOUTE LA LOI.
Maranatha!
Merci!
JFL

Écrit par : Jacques-François dit Locard | 02 septembre 2012

Bonjour.

Je suis homosexuel et je pense me marier civilement avec mon compagnon dès que cela sera possible.
Nous sommes ensemble, heureux (avec des hauts et bas) mais en tout cas fidèles depuis maintenant 14 ans.

La profession de mon "mari" étant considérée comme un métier à risque, nous sommes malheureusement obligés de nous intéresser aux problèmes de leg contre lequel le PACS se révèle très bancale.

S'ajoute à cela le désir de bénéficier d'une protection du logement familial. Protection dont peuvent jouir tous les couples mariés.

Plus généralement (sans se soucier de ces détails pratiques), je pense que le mariage, qu'il soit entre deux hommes, deux femmes ou un homme et une femme est le symbole de la stabilité dans un couple, quel qu'il soit.
Je pense également que tout le monde peut espérer avoir accès à cette stabilité un jour, et pas simplement les personnes hétérosexuelles.

Je n'ai pas choisis d'être comme je suis, mais ma sexualité ne m'empêche pas d'être heureux avec mon chéri. Comme le disait une chanteuse souffrant d'arthrite "Je ne regrette rien".

Je comprend bien que vous ne faites que suivre vos opinions religieuses mais le mariage "pour tous" (puisque c'est comme cela qu'il faut dire apparemment) est un moyen pour nous de se prouver notre amour mutuelle ( Je sais que je suis un peu trop fleur bleue ^^ ).

Bien à vous.

Charles =)

Écrit par : Charles T. | 07 septembre 2012

Si l'église est contre le mariage homosexuel, alors comment Jacques Charles Dufresnoy et francis bonnet ont ils pû se marier en 1960 à l'église des Abesses ?

Écrit par : Pierre-Emmanuel Bonhomme | 07 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.